Tapie : 26 après… la relaxe ! #cdanslair 09.07.2019

Documentaire en streaming

Tapie : 26 après… la relaxe ! #cdanslair 09.07.2019

Regarder documentaire Tapie : 26 après… la relaxe ! #cdanslair 09.07.2019 en streaming

Bernard Tapie a été relaxé ce mardi par le tribunal correctionnel de Paris, plus de dix ans après l’arbitrage controversé ayant octroyé 403 millions d’euros à l’homme d’affaires pour solder son litige avec le Crédit Lyonnais. L’ancien patron de la marque aux trois bandes était jugé – avec notamment l’actuel PDG d’Orange Stéphane Richard – pour escroquerie et détournement de fonds publics. Il lui était reproché d’avoir cherché à berner l’État pour récupérer cet argent, au milieu des années 2000. Une somme qu’il a touchée en 2008 et qu’il doit théoriquement rembourser. Pour le tribunal, « aucun élément du dossier ne permet d’affirmer » que la sentence d’arbitrage, définitivement annulée au civil, « ait été surprise par la fraude ou par des manœuvres frauduleuses qui auraient été commises par Monsieur Tapie ». Le jugement précise : « Bernard Tapie a fait preuve d’un activisme important auprès de personnels politiques. Mais il n’est pas rapporté la preuve qu’il ait activé ses réseaux pour que des instructions soient données à qui que ce soit », notamment à Stéphane Richard et aux deux hauts fonctionnaires de Bercy. « Les éléments constitutifs du délit d’escroquerie ne sont pas caractérisés », a ainsi déclaré la présidente Christine Mée. Une peine de cinq ans de prison ferme avait été requise contre Bernard Tapie par le parquet, qui avait estimé que l’ancien ministre a « truqué » l’arbitrage. D’abord en activant ses soutiens à l’Élysée afin que le pouvoir sarkozyste choisisse la voie arbitrale au lieu de la justice ordinaire. Ensuite en s’assurant de la « partialité » d’un des juges arbitres, qui entretenait des « liens anciens et réguliers » avec son avocat historique Maurice Lantourne. Cet arbitrage lui avait notamment accordé 45 millions d’euros au seul titre du préjudice moral, en réparation d’une « faute » du Crédit Lyonnais lors de la revente de l’équipementier sportif Adidas. Rendu par un tribunal arbitral privé, il était censé mettre un terme au contentieux entre Bernard Tapie et l’ex-banque publique, qu’il accuse depuis 25 ans de l’avoir floué. Mais la sentence a été définitivement annulée en 2015 au civil pour « fraude » et l’homme d’affaire a été condamné à restituer les millions perçus. L’ex-ministre de l’Économie Christine Lagarde a, elle, été condamnée en 2016 pour « négligence » par la Cour de justice de la République. Ce mardi, les juges du tribunal correctionnel de Paris ont finalement prononcé la relaxe générale des prévenus. Un jugement qui a surpris beaucoup de monde. « C’est stupéfiant », a ainsi réagi sur Europe 1 Laurent Mauduit, auteur de deux livres sur l’affaire. Pour le co-fondateur de Mediapart, « tout cela est absolument incohérent ». « Comment concevoir que Tapie soit relaxé et que dans le même temps, dans une autre procédure pénale, devant la Cour de justice de la République – une autre juridiction mais les mêmes faits –, Christine Lagarde soit, elle, condamnée ? », questionne-t-il. « Comment, alors que les mêmes griefs reposaient sur Stéphane Richard et sur …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *